Traiter correctement une intoxication au monoxyde de carbone

Ventilation CPAP pour la BPCO

Intoxication au monoxyde de carbone: causes, symptômes et traitement

Chaque année, environ 500 personnes perdent la vie en Allemagne à cause d’un tueur silencieux : l’intoxication au monoxyde de carbone.1 Bien qu’il soit la cause la plus fréquente des intoxications mortelles, le potentiel de risque de ce gaz incolore et inodore est souvent sous-estimé.2 En raison de ses symptômes aspécifiques, ce tableau clinique passe souvent inaperçu ou est même mal diagnostiqué, ce qui entraîne une perte de temps précieux. Attention à l’intoxication au monoxyde de carbone insidieuse durant le sommeil, elle peut être fatale.

Nous vous dévoilons dans cet article ce qui peut être entrepris en cas d’intoxication au CO et comment les ventilateurs modernes WEINMANN peuvent avoir un rôle décisif dans le traitement.

Qu’est-ce qu’une intoxication au monoxyde de carbone ?

Une intoxication au monoxyde de carbone est une intoxication dangereuse et potentiellement mortelle due à l’inhalation de concentrations élevées de monoxyde de carbone (CO). C’est pourquoi on l’appelle aussi intoxication au CO.

Le monoxyde de carbone résulte au départ de processus de combustion incomplets avec une alimentation insuffisante en oxygène. Lorsque la combustion de charbon, de bois, de l’essence, d’huile ou de gaz est incomplète, une partie du carbone se combine avec l’oxygène pour former du monoxyde de carbone. L’équation de réaction est la suivante :

2 C + O₂ → 2 CO 

Le monoxyde de carbone présente une affinité 200 fois supérieure à celle de l’oxygène pour l’hémoglobine, ce qui entraîne une liaison préférentielle du monoxyde de carbone aux molécules d’hémoglobine. Lorsqu’il pénètre dans la circulation sanguine, il bloque les récepteurs de fixation de l’oxygène sur l’hémoglobine. Il en résulte une hypoxie systémique caractérisée par une alimentation insuffisante en oxygène des cellules du corps, qui entraîne à son tour des déficits métaboliques et fonctionnels au niveau cellulaire.

Causes d’une intoxication au monoxyde de carbone

Les principales causes d’une intoxication au monoxyde de carbone sont les suivantes :

  • Défaillance ou entretien incorrect des installations de chauffage : notamment chaudières à gaz, chauffage au fioul, poêles-cheminées ou chauffe-eaux.
  • Obstruction de cheminées ou tuyaux d’évacuation : ils empêchent l’évacuation du monoxyde de carbone et entraînent un refoulement dans les bâtiments.
  • Barbecues : les barbecues au charbon de bois ou à gaz peuvent produire du monoxyde de carbone lorsqu’ils sont utilisés dans des espaces clos.
  • Incendies : en cas d’incendie, la combustion des matériaux libère du monoxyde de carbone.
  • Gaz d’échappement des voitures : les gaz d’échappement des voitures représentent une autre source importante de CO ; du monoxyde de carbone peut s’accumuler lorsque moteur d’une automobile tourne dans un garage ou un espace clos.

Important : le monoxyde de carbone peut même s’infiltrer dans le béton ou la pierre, de sorte que les murs d’une maison ne constituent pas une protection.

Symptômes d’une intoxication au CO

La symptomatologie d’une intoxication au CO est souvent variable, ce qui complique la pose du diagnostic. Cela tient au fait qu’une teneur élevée en monoxyde de carbone dans l’atmosphère passe en principe inaperçue, car le CO est un gaz inodore et incolore que l’on ne perçoit pas en règle générale. 

La nature insidieuse d’une intoxication au monoxyde de carbone est due aussi à la similitude des symptômes initiaux avec ceux d’autres maladies. C’est pourquoi il arrive qu’elle soit à tort confondue avec une infection virale. Les premiers signes sont les suivants :

  • Maux de tête
  • Nausées
  • Vomissement
  • Vertiges
  • Sensation de faiblesse

Ces indicateurs peuvent facilement être interprétés par erreur comme les signes d’une grippe ou des conséquences de la fatigue. Les symptômes d’une intoxication sévère apparaissant ensuite sont les suivants :

  • Troubles de la vision
  • Arrêt cardio-circulatoire
  • Perte de connaissance
  • Confusion
  • Détresse respiratoire
  • Arrêt cardiaque

Traitement d’une intoxication sévère au monoxyde de carbone

Le traitement d’une intoxication sévère au monoxyde de carbone vise en priorité la réoxygénation rapide du patient à l’aide d’oxygène très concentré afin de dissocier le complexe CO-hémoglobine et de rétablir la capacité de transport de l’oxygène.

Des phases aiguës exigent une ventilation invasive afin de maximiser l’oxygénation et d’accélérer l’élimination du CO. La durée de la ventilation dépend de la toxicocinétique individuelle du patient et peut durer de plusieurs heures à plusieurs jours.

Dans certains cas, une ventilation non invasive peut même être plus efficace qu’une oxygénothérapie stricte. Comme l’a démontré une étude de Caglar B. et al de 2019, en cas d’intoxication sévère au monoxyde de carbone, un traitement par ventilation spontanée en pression expiratoire positive (VS-PEP) peut éliminer le monoxyde de carbone plus rapidement qu’une inhalation stricte d’oxygène. 

À l’issue des premiers secours, une surveillance étroite des signes vitaux, comme fréquence respiratoire, pression artérielle et saturation en oxygène dans le sang, est essentielle afin de s’assurer que l’intoxication a été maîtrisée par le traitement et que la fonction respiratoire du patient s’est améliorée. 

Comme une intoxication peut aussi affecter le système cardiovasculaire, il convient de surveiller les paramètres cardiaques à l’aide d’un ECG afin d’exclure ou de prévenir toute complication cardiaque secondaire. Aussitôt la personne stabilisée, une gazométrie artérielle permet d’établir le degré de gravité de l’intoxication pour servir de base à l’appréciation de la poursuite du traitement.

En cas d’intoxication sévère au CO, une oxygénation hyperbare (OHB) est recommandée.3 L’application de 100 % d’oxygène dans des conditions hyperbares, appelée oxygénothérapie hyperbare, peut multiplier par quatre l’étendue de diffusion de l’oxygène et augmenter l’oxygénation des tissus.4

Appareils WEINMANN contre les intoxications au CO

En cas d’intoxication au CO, un traitement fiable et immédiat est décisif afin de stabiliser les fonctions vitales et de lutter contre les séquelles à long terme. Les ventilateurs WEINMANN favorisent un traitement ciblé grâce à des fonctions avancées de ventilation et de monitorage.

La ventilation nécessite une adaptation individuelle au degré de gravité de l’intoxication. Les appareils MEDUMAT Standard² et MEDUVENT Standard offrent des modes de ventilation invasive et non invasive et permettent d’effectuer un traitement par VS-PEP qui peut améliorer notablement les résultats pour le patient. La représentation intégrée des paramètres respiratoires visant la surveillance de la fréquence respiratoire permet de contrôler les données patient et d’évaluer l’efficacité du traitement.

MEDUMAT Standard² élargit le spectre en offrant l’option de monitorage pour la concentration en CO₂ dans le sang.

MEDUCORE Standard² permet en outre une observation continue de la saturation en oxygène à l’aide d’une mesure du SpO₂ ainsi qu’une surveillance efficace de la pression artérielle grâce à la mesure de la PNI automatique. L’ECG portable à 6 et 12 dérivations intégré offre de plus une évaluation approfondie de la fonction cardiaque afin d’identifier à temps des complications cardiovasculaires.

Aperçu des avantages des dispositifs WEINMANN :

  • Modes ventilatoires invasif et non invasif
  • Traitement VS-PEP
  • Surveillance des signes vitaux
  • Mesure de CO₂
  • Mesure de SpO₂
  • Mesure de la PNI
  • ECG à 6 et 12 dérivations
  • Compact et transportable
  • Idéal pour la médecine d’urgence et les services de secours